Outillages et techniques

Définition et origine

La peinture à l'huile est une des techniques picturales et on dit aussi que c'est la reine. On utilise un mélange de pigments et d'huile siccative (le liant ou véhicule), permettant d'obtenir une pâte plus ou moins épaisse et grasse. L'huile utilisée est généralement l'huile de lin ou l'huile d'œillette, voire l'huile de carthame ou de noix. Cette pâte s'applique à l'aide de brosses sur un support en toile apprêtée montée sur un châssis, ou marouflée sur un panneau rigide. D'autres supports sont aussi utilisés comme le carton ou le bois. Plusieurs types de diluants et de médiums à peindre sont employés pour en faciliter l'application, ou modifier sa texture.
L'intérêt de l'huile grasse et de diverses résines pour la peinture était connu dès le Xe siècle, mais son emploi malaisé, la consistance de la peinture, la nécessité d'attendre longuement entre chaque couche, s'opposaient à son emploi.
Vasari attribue au peintre flamand Jan van Eyck (1390-1441) l'invention de la peinture à l’huile, suivi par de nombreux auteurs.
On devrait plutôt dire "la mise au point". Le moine Theophilus Presbyter mentionne ses difficultés au XIe siècle.

Van Eyck l'a perfectionné associant des résines transparentes, durables et souples, à l'huile, entraînant son adoption générale.
Ce procédé a permis d'utiliser l'huile pour des commandes pérennes, et plus tard de peindre sur châssis entoilé et non plus sur panneau de bois.
Il est vraisemblable que le modèle oriental des laques chinoises ait influencé les artistes européens

Les Huiles

Lin


Crue.


Elle sèche très lentement, se mélange mal aux pigments et de pars sa couleur (très ambrée) a tendance à jaunir.
Aussi trouvera t'on plusieurs types d’huiles de lin dans le commerce, lesquelles ont subi un traitement.
En général l'Huile de lin crue aura d,autres usages que celui des beaux-arts.
Protection et entretien des boiseries et du liège, cuir, support minéraux - terre cuite, brique, tommette, etc.
Première pression à froid.
Sans solvant.
Imprégnation en profondeur.
Naturellement antistatique, protège de la poussière.

Purifiée.


Pour la purifier, il faut la laisser reposer dans des flacons hermétiques le temps que les impuretés se déposent dans le fond. Et pour accélérer le processus, y incorporer un peu de poudre de baryte, cela entraînera les impuretés dans le fond. (La chauffer légèrement pour aider le phénomène dans le cas ou la poudre ne tomberait pas complètement). Abaisse la consistance de la peinture à l’huile.
Accroît le brillant.
Prolonge le temps de séchage.
Augmente la fluidité, estompe le trait de pinceau.
Augmente le risque de “rides”.
Ingrédient pour fabriquer soi-même son médium.
Présente dans les lieux sombres un jaunissement marqué qui disparaît en cas d’exposition à la lumière.
Peut être diluée avec de l’essence de pétrole ou de térébenthine.

Clarifiée.


rend la peinture plus fine, plus transparente et brillante, et retarde son séchage. L’huile de lin « première pression à froid », bien claire, épurée et plusieurs fois filtrée au sable puis au carbonate de calcium donne un produit bien clair dont le prix le réserve aux couleurs fines et extra fines pour artistes. La faire reposer au soleil un certain temps, toujours dans un flacon hermétique. L’éclaircissement sera considérable au bout de quelques semaines car le soleil finit par brûler les déchets végétaux. Mais si ensuite vous la mettez dans l’obscurité, elle s’assombrira de nouveau, mais pas autant qu’elle l’était au départ. C’est pour cela qu’il est conseillé de peindre avec un huile non clarifiée, ainsi pas de risque d’assombrissement des couleurs, au contraire elles ne pourront que s’éclaircir. L’huile de lin ayant tendance à jaunir avec le temps, il est important, surtout si on veut réaliser une peinture claire ou blanche, de partir du produit le plus clair possible. Si l’huile est vraiment foncée il existe différentes solutions pour améliorer son aspect :

A - Filtrer sur du sable fin, puis de la craie (du charbon actif utilisé par les aquariophiles est aussi très bien).
B - Purifier à l'acide : incorporer 1,5% à 3% d'acide sulfurique à 66°B ou de l'acide Chlorhydrique très lentement et battre pendant 1/4 d'heure (l'ensemble devient vert dégueu....) et laisser reposer 20 mn. Introduire ensuite 10 à 15% d'eau tiède (35 à 40°C) et rebattre pendant 15 mn pour que l'eau absorbe l'acide. Purger l'eau et vérifier au papier tournesol le PH. Si celui ci reste acide rajouter un peu de chaux qui s'emparera de tout l'acide résiduel.
C- Transvaser l'huile dans un récipient en verre rempli à ras-bord en plaçant une plaque de verre en guise de bouchon et laisser en plein soleil pendant au moins 3 à 4 semaines.

En cas de forte motivation l'ordre est :

B-A-C et pour une très faible motivation C uniquement

Épaissie.


Une huile raffinée de couleur pâle et dotée d’une consistance sirupeuse, qui a les mêmes propriétés que l’Huile standolie de lin, mais qui sèche plus rapidement et qui devient plus foncée.
Mettre l’huile sur seulement 5mm d’épaisseur dans un large plat et remuer 2x/jours, ainsi l’huile capture l’oxygène et donc finit par s’épaissir.
En deux semaines, vous obtenez une huile qui a la même consistance que le miel. Pour la protéger de la poussière, poser sur ce plat une plaque de verre légèrement surhaussée.
Améliore la fluidité et la brillance.
Atténue les traces de coups de pinceau.
Augmente la durabilité du film de peinture.

Cuite


augmente la brillance et accélère le séchage de la peinture. Elle devient très dure au séchage, ce qui donne presque des couleurs émaillées.
Sa cuisson est un procédé dangereux car l’huile et ses vapeurs sont inflammables, heureusement aujourd’hui sa fabrication se fait en laboratoire, car autrefois cette cuisson était redoutée au sein des ateliers à cause des risques encourus.
Les siccatifs ne sont ajoutés que par petites quantités lors de la cuisson, puis l’huile repose pendant plusieurs jours dans des cuves afin qu’elle se clarifie.

Polymérisée.


Appelée aussi Stand Oil, ou Standolie, c’est de l’huile de lin cuite à plus haute température encore que l’huile de lin cuite, avec un processus légèrement différent. Elle est plus dense, plus visqueuse, plus siccative, plus brillante et plus résistante à l’humidité et aussi moins jaunissante que toutes les autres huiles de lin. Le fait qu’elle sèche rapidement la rend idéale dans la fabrication des peintures laques ou des peintures emails. Sa viscosité la rend difficile à travailler tel quelle, il est conseillé d'y adjoindre de l'essence de térébenthine, ou d'aspic pour la rendre plus fluide.

L’huile de lin




Elle est extraite des graines de lin et selon les régions et les conditions de culture, ses caractéristiques varient.
Si lorsqu’on mélange l'huile de lin aux couleurs, on va gagner en clarté et en fluidité,
selon le traitement subit par l'huile de lin, l'huile sera plus ou moins grasse, plus ou moins jaunissante, plus ou moins siccative.
Aussi faites attention aux spécificité de chacunes, car si on prend une huile de lin clarifiée en première couche, puis une standolie sur la deuxième couche on aura des mauvaises surprise du fait de la meilleure siccativité de la couche supérieure qui va empécher la siccativité de la couche inférieure. Il ne faut pas abuser de l’huile de lin au risque de faire une peinture trop grasse, ce qui va favoriser l’apparition de craquelures. Il faut particulièrement respecter la fameuse règle du gras sur maigre (qui est valable pour toutes les huiles).

Carthame


L'huile de lin a tendance à jaunir légèrement au fil des années. C'est pour cette raison qu'on la remplace dans la peinture blanche par l'huile de carthame.
L'huile de carthame est pressée de la graine de cardère de carthame. Cette huile jaunit moins que l'huile de lin, mais elle a aussi quelques inconvénients;
le temps de séchage est plus long et l'huile de carthame donne un film ayant différentes caractéristiques que l'huile de lin.
L'usage de blanc à base d'huile de carthame dans un tableau peint en couches (le blanc est une couche inférieure sur laquelle sont appliquées des couleurs à base d'huile de lin) peut causer des craquelés ou même détachement des couches supérieures et c'est justement à cause de ces différentes caractéristiques.
Il est donc conseillé de limiter l'usage du blanc à base d'huile de carthame à la dernière phase du tableau.

Oeillette


Elle est très claire et fluide, donc ne jaunit pas mais sèche lentement.
Elle est donc préférable à l’huile de lin pour les couleurs claires, elles ne s’assombriront pas.
A utiliser en petite quantité car elle peut être cassante.
L’huile d’œillette est aussi appelée huile de pavot noir, à ne pas confondre avec le pavot blanc qui donne de l’opium, hehe…!! 😉
Dans le commerce, elle est facile à reconnaitre grâce à son conditionnement.
L’huile d’œillette est l’inverse de l’huile de lin car elle sèche plus lentement. En outre, elle est neutre donc il n’y a aucun impact sur les couleurs claires.
C’est d’ailleurs pour ça que l’huile d’œillette est actuellement très utilisée pour la fabrication des couleurs claires dans l’industrie.


!!!! Attention !!!! L’huile est inflammable, donc veiller à bien l’éloigner de toute source de chaleur et prenez gardes à vos chiffons imbibés d’huile, faites-les sécher avant de les mettre dans une poubelle !

Noix


L'huile de noix retient de plus en plus l'attention des peintres. Utilisée concurremment avec l'huile de lin, elle a toujours été considérée comme une excellente huile à peindre, entre autres depuis le XVIème siècle, et surtout dans les pays du sud de l'Europe. Léonard de Vinci, par exemple, la tient en grande estime. Turquet de Mayerne, médecin et chimiste du XVIIème siècle, signale que Van Dyck l'utilise, en particulier pour broyer ses blancs. L'huile de noix est moins siccative que l'huile de lin, mais elle n'est pas jaunissante, et fait un film solide de belle qualité.

Abrasin


Huile de Canton, huile d'abrasin, huile de bois de Chine ou huile de bois, huile de toung, de tung ou de tang -, il semble que ces appellations confuses et probablement erronées désigneraient souvent le même produit en Occident - alors que ce n'est peut-être pas le cas en Chine (cf. L'huile de bois de Chine) ni dans le reste de l'Asie et de l'Océanie. Il s'agirait de l'huile de la noix de l'arbre tung ou plutôt de différentes espèces d'aleurites (voir ci-dessous). Elle est utilisée notamment pour réaliser des vernis de haute qualité en décoration. On mentionne également sa présence dans certains vernis marins et certaines encres, ainsi que dans des papiers imperméabilisés. Très brillante, elle serait fort solide. Elle présente une particularité remarquable :
ester de l'acide élaéostéarique, elle dispose de trois doubles liaisons et tire de cette insaturation une siccativité particulièrement remarquable.
Une cuisson à 200-300°C, pratiquée lors du conditionnement du produit commercialisé permettrait de réduire en partie cette siccativité tantôt pénalisante, tantôt recherchée.
D'odeur désagréable, elle serait non toxique mais pourrait présenter certains dangers d'ignition (capacitée à s'enflammer).

Chanvre


Ces huiles contiennent des ALC (le chanvre contient plus de 20% d'acide alpha linolénique - un oméga 3 -, variété identique à celle que l'on trouve dans l'huile de lin) et devraient peut-être pouvoir être utilisées en peinture.
En tout cas, elles méritent des expérimentations. Cependant, nous ne disposons pour l'heure ni d'échantillons, ni de témoignages à leur sujet.
on voit surtout des articles concernant son utilisation pour travailler sur bois, le peindre et le traiter, ce qui me fait me poser des questions quant à son usage sur support souple.

Les Résines

naturelles


Les Résines, gommes et baumes


de Térébenthine


Baume naturel ayant la consistance du miel. Résine extraite du mélèze.
Peut être ajouté comme agent plastifiant et brillant dans les couleurs à l'huile et les vernis.
Produit trè pour leur donner un aspect presque émaillé.
C’est un peu une référence historique car les primitifs flamands utilisaient ça davantage.
A utiliser avec précaution (maximum 5%), car l'excès fragilise le film.
Diluant recommandé : essence de Térébenthine


Il existe d,autres térébenthines

la térébenthine de Strasbourg
la térébemthine gemme
Les térébenthines sont des oléo-résines souples de dureté 4 avec un indice acide de 130 et une longueur d’onde I.R. de 1.47.
Leur point de fusion se trouve entre 150 et 180°C et elles sont solubles dans nombre d’hydrocarbures dont bien sur l’essence de térébenthine.
La térébenthine de pin est choisit pour l’obtention de la colophane, plastifiant, tandis que celle de mélèze fait un bon médium.
La térébenthine de sapin joue un rôle intermédiaire.

du Canada


Le baume du Canada, appelé aussi térébenthine du Canada ou gomme de sapin, est une térébenthine issue de la résine du sapin baumier.
La résine, dissoute dans des huiles essentielles, est visqueuse, collante et incolore (parfois jaunâtre) après évaporation des huiles essentielles.
Grâce à sa grande qualité de transparence et à son indice de réfraction (1,55) proche de celui du verre,
ce baume était surtout utilisé en optique pour coller les lentilles d'objectifs et pour accoler des objets de verre dans certains prismes ou polariseurs.
Il est soluble dans le xylène, amorphe lorsqu'il est séché et il ne cristallise pas avec l'âge.
Il est utilisé en peinture pour fabriquer des médiums à peindre.

L'Ambre


L'ambre était prisée par Salvador Dalí, notamment pour les glacis. L’ambre est une résine fossile, dure et transparente, variant d’un jaune claire à un rouge orangé. Elle est utilisée dans bien des domaines et commercialisée sous diverses formes.

Voici les différents points essentiels concernant l’ambre (d’après l’article « L’ambre élucidé » du Pratique des arts n°45) :

Des glacis efficaces et puissants – L’ambre est la résine qui accentue le plus l’effet de profondeur grâce à sa grande transparence naturelle et à son pouvoir réfléchissant élevé. De plus, les teintes s’en trouvent renforcées.
Une superposition des couches facilitée – L’ambre se solidifie dès lors qu’on arrête de la remuer, cette caractéristique est appelée la thixotropie. Servant d’isolant, appliquée sur la couche de fond, l’ambre permet la superposition de nouvelles couches.
Pas d’embus ni de craquelures – Peu importe le nombre de couche, l’ambre a l’incroyable qualité de faire traverser l’oxygène malgré sa rigidité. Grâce au point n°2, les problèmes causés par la grasseur et le séchage sont ainsi évités !
Une protection durable – L’ambre enrobent les pigments entraînant alors une excellente protection et conservation des teintes sur le long terme. De plus, sa solidification garde toute de même une légère souplesse évitant ainsi les craquelures provoquées bien souvent par les mouvements du support.
Le vernis devient inutile – En effet les particules pigmentaires sont toutes emprisonnées dans la résine, la pâte picturale est donc complètement protégée et isolée.

de copal


La résine copal est de teinte prononcée, à éviter donc avec les couleurs froides et claires.
Elle garnit très bien et donne des vernis et médiums très durs et brillant.
Son inconvénient : le film peut devenir cassant et s'assombrir en vieillissant.
le terme de copals désigne un grand nombre de résines exotiques dures et souvent fossilisées :

les deux principales espèces végétales rencontrés sont les agathis ( ag.dammara, ag.alba (lam) Foxw, ag.australis )
que l’on trouve en Nouvelle-Zélande, aux Philippines, à Calcutta ou Zanzibar.
L’autre espèce est copaifera ( c.demeusi Harms, c.guibourtiana ) présente au Mozambique ou en Sierra Léone.
Les copals sont très nombreuses et leurs propriétés diffèrent sensiblement selon la variété considérée.
Le premier critère de distinction est leur caractère fossile : celles-ci sont des résines dures insolubles en condition normales.
Mais certaines copals sont en revanche plutôt souples ;
voici une énumération partant des plus souples pour finir par les plus dures :

copal de Manille ;
copal Kauri ;
copal du Congo ;
copal de Sierra Léone ;
copal de Benguela ;
copal d’Angola ;
copal de Madagascar ;
copal Demerara ;
copal de Zanzibar .

de Dammar


La résine dammar, apparue plus tardivement, est appréciée pour sa faible coloration.
Elle donne un film souple, nerveux, garnissant. Elle est aussi beaucoup plus économique que la résine mastic dont elle est proche.

Mastic


Le mastic est une matière issue de la sève du lentisque Pistacia lentiscus (Anacardiacées), arbuste méditerranéen, utilisée pour la réalisation d'une résine (appelée à tort gomme) à l'odeur prononcée.
La résine mastic est répandue du Portugal à l'Inde. La variété chia, de l'île de Chios en Grèce, est la plus réputée depuis l'Antiquité. Son mastic est très pur
La résine mastic est utilisée pour la confection de médiums oléo-résineux et de vernis.

Résines :

Produit de sécrétion végétale, solide ou semi-fluide, translucide, fusible à basse température, insoluble dans l'eau et difficile à cristalliser.





Gommes :

Les gommes sont des composants naturels provenant d'une exsudation d'arbre ou d'arbrisseau. Elles ont pour particularité, contrairement aux résines, d'être solubles à l'eau. Elles sont utilisées entre autres comme liant pour l'aquarelle et la gouache, comme liant additif pour la tempéra et comme agglutinant pour le pastel : elles se dissolvent dans l'eau. Les gommes laques sont des résines d'origine animale, elles peuvent être utilisées pour la confection d'encres à l'eau dites "de Chine" mais sont déconseillées en tant que fixatif. Elles sont solubles à l'alcool.


Baumes :

Mélanges variés d'essences (ou huiles essentielles) et de résines, de consistance molle ou semi-liquide, partiellement volatils et entraînables par la vapeur d'eau. Leur constitution, très variable, correspond à celle des essences et des résines. On y trouve notamment des alcools, des acides et des aldéhydes aromatiques, des esters et de nombreuses substances terpéniques. Il faut y rattacher les baumes, oléorésines riches en acides et esters benzoïques et cinnamiques, par définition, et les gommes-résines (ou gommo-oléorésines) constituées en partie de substances polyosidiques. Les oléorésines sont, en majorité, produites par des arbres ou des arbustes de la famille des térébinthacées

Synthétiques


Acrylique


La resine acrylique est surtout employée pour la peinture acrylique, en décoration, ou pour réaliser des moulages, pas en peinture à l'huile, mais puisque je parle de résine... elle s’apparente aux résines tendres pour leur souplesse (sans toutefois les égaler) et avec l’avantage intéressant d’être incolores (mais sans garantie de non-jaunissement dans le temps).
La résine cétonique plus employée

Cétonique


polycétone de résine,

également connu comme polycétone de résine, résine cétone ou cétone-aldéhyde résine,est la condensation de cyclohexanone et formaldéhyde contenant carbonyle et groupes hydroxyles.
il montre une excellente compabilité avec presque revêtement/impression matières premières et soluble dans presque tous les solvants organiques.

1. Solubilité

Soluble dans presque commun solvants de peinture comme hydrocarbures aromatiques, alcools, cétones, esters et ainsi de suite mais insoluble dans l'eau. sa solubilité dans les solvants non polaires tels que l'huile minérale, d'hydrocarbures aliphatiques, alicycliques d'hydrocarbures est limitée.

2. Application

dissous dans les solvants à préparer 50-70% résine liquide, ensuite ajouté il dans des revêtements/huile formules d'encre.

Alkydes


Les résines d'alkyd sont des résines synthétiques fabriquées en combinaison avec de l'huile, par exemple l'huile de lin ou l'huile de soya.
L'huile rend la résine d'alkyd sensible au jaunissement sous influence de lumière.
Pour servir de liant pour peintures, la résine d'alkyd est dissoute dans la térébenthine. Grâce à la présence d'huile et de térébenthine le séchage est aussi bien chimique que physique.
Le coup de pinceau s'estompera partiellement parce que la térébenthine s'évapore.

Les Essences

Térébenthine


On va commencer par l’essence de térébenthine. Elle sert principalement à nettoyer les pinceaux ou les outils. Elle peut aussi être utilisée dans les mélanges de peinture à l’huile notamment en la diluant avec le medium afin d’alléger la couleur. L’essence de térébenthine est sans doute la plus courante. En dispersant les pigments, elle accélère forcément le séchage. Chez certaines personnes, l’odeur de l’essence de térébenthine peut provoquer des gênes voire même des intolérances et des allergies. Elles peuvent donc soit sortir de l’huile, soit utiliser une essence sans odeur. Mais il ne faut quand même pas oublier que cette dernière reste toxique malgré l’absence de senteur. L’essence de térébenthine conserve en effet toutes ses propriétés, qu’elle soit odorante ou pas.

Aspic


L’essence d’aspic est un produit naturel à base de lavande. Par rapport à l’essence de térébenthine, elle donne une meilleure qualité à la peinture. Les couleurs conserveront leurs éclats avec ce produit. Son principal inconvénient est son prix élevé.

Pétrole


On l’utilise aussi pour diluer le medium. Pour les résines et les médiums résineux, elle est largement préférable. Elle ne ressemble pas à l’essence de térébenthine qui est un produit naturel à base de pin. L’essence de pétrole quant à elle est un produit d’origine minérale. Lorsqu’elle s’évapore, elle ne laisse aucune trace. Par contre, elles ont toutes les deux les mêmes caractéristiques et on s’en sert de la même manière.

White Spirit


Si l’essence de térébenthine est un produit naturel, le white spirit est son dérivé industriel. Tous les deux possèdent les mêmes propriétés. On utilise ce produit pour le nettoyage des outils. L’usage du white spirit demande quelques précautions car c’est également un produit toxique.

Les Mediums

de Base


Medium 1


doit être mélangé avec les couleurs utilisées pour les sous-couches. Il donnera à la peinture une consistance lisse, homogène, avant de devenir mat après le séchage.

Medium 4


Offre beaucoup de souplesse à la peinture à l’huile en renforçant son adhérence sur le support, même en cas de dosage très important.
Il résiste à l’Essence de Térébenthine, et ne jaunit pas.
Ce Médium convient bien pour les couches supérieures en leur conférant une brillance durable.

Siccatifs


Rapid


comme son nom l’indique, offre un séchage très rapide pour les couleurs à l’huile, en augmentant leur brillance et leur transparence.
Ce produit est conseillé pour réaliser des glacis, ou des applications de couleurs sur des couches déjà sèches. La peinture sèchera alors en quelques heures. Miscible avec peinture à l´huile et alkyde. Contient de la résine alkyde et de l´essence minérale.

Flamand


Le célèbre fabricants de peintures Lefranc & Bourgeois propose un médium flamand pour apporter de la profondeurs à votre peinture à l'huile.
Le médium flamand est le gel à peindre le plus employé pour les glacis. Le médium flamand s'utilise pur, il permet d'effectuer des touches marquées en empâtement léger.
Le médium flamand apporte uneprofondeur et une luminosité aux tableaux. Utilisé en touches, le médium flamand donne un aspect laqué.
En dilution à 50% avec un médium à peindre incolore,le médium flamand permet d'obtenir des glacis très fins en augmentant la profondeur, la brillance et la transparence de la peinture.
Sa prise est moins rapide que celle du medium vénitien mais il permet d'obtenir un fini homogène lorsqu'on l'utilise au global sur la finition.

Composition du médium flamand

Médium flamand composé de résine Mastic, huile de lin, essence d'Aspic, siccatif au cobalt-zirconium.
Prise rapide (2h), thixotrope (se durcit au repos).
Très brillant et transparent, offre une grande précision et profondeur de touche.

Harlem


Le médium siccatif Harlem Duroziez apporte les mêmes effets de glacis que le médium siccatif flamand, mais en apport moins résineux et plus léger.
Sa prise en une demi journée permet des superpositions rapides.
La finition du médium siccatif Harlem Duroziez est brillante.
Il contient de la résine formo-phénollique modifiée, de l'huile de lin et de l'essence de pétrole.

Médium 3


Riche en résines, accélère le séchage, accentue la brillance et ravive les embus.
Le Médium 3 de Lukas accélère le séchage des peintures à base de résine et permet un séchage en surface rapide des couleurs à l’huile pure. Rehausse le brillant et la profondeur des couleurs. Pour diluer vous pouvez utiliser de l’essence de térébenthine ou de la térébenthine de citron. Contient de la résine cyclohexanone, de la résine acrylique et du white spirit. Il rend la couche de peinture beaucoup plus résistante, mais il faut l’utiliser avec parcimonie pour éviter un excès de brillance.

Alkyde


C'est un médium à base de résine alkyde pour les peintures à l’huile.Le médium alkyde est idéal pour la réalisation de glacis. Il accélère le séchage et augmente la brillance, la transparence et la fluidité des couleurs. Son aspect est satiné. Le médium alkyde fluidifie l'huile, lui apporte un aspect laqué uniforme, et augmente la luminosité . Il augmente également la prise à cœur de l'huile. Son utilisation est recommandée pour la technique du " clair obscur". En jouant sur la modulation de la lumière il pourra être associé aux couleurs pour un travail de fond préparatoire dit "imprimatura".
Texture : Gel souple
Fini : Satiné
Séchage : Rapide

Retardateurs


est fabriqué avec de l’Huile de Lin pure et de l’Huile d’Oeillette. Il réduit la consistance de la peinture à l’huile en renforçant sa brillance et sa transparence.
Le temps de séchage d’une couche fine, en surface, est de 3 à 5 jours, mais il ne faut pas l’utiliser en trop grandes proportions car la couleur et la résistance de la peinture pourraient en être altérées.

Mats


donne à la peinture un effet mat, uniforme et velouté, sans modifier la transparence et l’opacité des couleurs. On peut l’utiliser pur ou mélangé à l’Essence de Térébenthine (avec un maximum de 70% d’essence).
Son temps de séchage est de un à trois jours.

Épaississant


Medium 5


Médium V (beurre à peindre).

Pour la réalisation de peintures pâteuses à l’huile. De par sa forte consistance, ce gel permet une application épaisse de la peinture à l’huile, accélère son séchage tout en évitant la formation typique des craquelures sur les couches trop épaisses. Ce produit ne jaunit pas, sèche comme tout autre peinture à l’huile pure et résiste à la térébenthine. Vous pouvez utiliser de la térébenthine pour le diluer. A protéger de la chaleur. Contient : Huile de lin, résine alkyde, épaississant, white spirit, essence de térébenthine et matières sèches. Vendu en tubeIl est déconseillé de dépasser 5 mm.
Pour des couches épaisses, il est indispensable de le mélanger au médium flamand.

Vénitien


Le médium vénitien permet de peindre à la touche et d'apporter rondeur et modelé aux couleurs.
De par sa composition à base de cire d'abeille, sa générosité offre au peintre le pouvoir d'écrire en demi pâte en étant appliqué pur, et de faciliter les superpositions de couches.
Avec sa rapidité de séchage au pinceau ou bien au couteau, il est idéal pour peindre "alla prima" en juxtaposition de touches pour permettre de varier les nuances directement dans le frais ou dite "sur le motif" comme les impressionnistes.
Dilué jusqu'à 50% avec l'essence sans odeur ou l'essence de térébenthine, il permet au peintre d'obtenir un fini en glacis d'aspect satiné esprit "sfumato" (une texture lisse et translucide mais d'aspect imparfait vaporeux en rendu de couleur évanescent).

Texture : Gel souple
Fini : Satiné
Séchage : Rapide

à l'eau


Medium 6


Pour de véritables peintures tempéra ! Le médium 6 de Lukas est une émulsion tempéra synthétique qui permet de mélanger peintures à l’huile et à l’eau. Elle s’utilise comme une émulsion à base de jaune d’oeuf . L’association exceptionnelle d’émulgateurs spécifiques permet un mélange avec eau, white spirit ou essence de térébenthine. Cette émulsion fine, transparente et dispersée est une nouveauté dans la catégorie des médiums émulsionnants et ouvre des horizons inexplorés dans le domaine de la peinture à l’huile et à la tempéra. Le médium 6 de Lukas convient aux techniques de peintures suivantes : peinture à la tempéra vernie et non vernie, peinture à la tempéra en support aux peintures à l’huile, peinture à l’huile, permet le mélange d’eau aux peintures à l’huile et réduit le temps de séchage, technique mixte tempéra/huile. Après l’addition du médium 6 de Lukas, vous pourrez diluer les couleurs avec de l’eau mais également avec de l’essence de térébenthine ou du white spirit jusqu’à obtenir un effet d’aquarelle. Bien refermer la bouteille. Protéger de la chaleur.

Medium 7


Médium permettant de mélanger de l’eau dans les peintures à l’huile, sans pour autant altérer la souplesse de la peinture à l’huile. Plongez tout d’abord le pinceau dans le médium 7, puis diluez en alternant eau et médium 7. Une fois le travail fini, nettoyez le pinceau à l’eau et au savon.

Colles & Enduits

Enduits et encollages universels.

L’enduit est un matériau qui s’applique sur un support pour l’unifier, le lisser et pour qu’il serve de base à la peinture. Il s’applique en une ou plusieurs couches en fonction du type de support.
Son rôle principal est de modifier les propriétés du support sur lequel il est appliqué. De même, il élimine les capacités d’absorption de ce support.
Fabriqué à base de gélatine, de colle, d’huile ou de caséine, ce matériau sert à mettre un support dans les meilleures conditions pour la création d’une œuvre de qualité.
Certains vont permettre de rendre la surface du support plus lisse et de favoriser la manipulation des couleurs.


L’encollage


Il est indispensable, contrairement à l’enduction. Il protège la toile de la couche picturale qui, sans encollage, brûlerait et s’oxyderait.
Il prévient également de l’humidité et des bactéries, évitant ainsi craquelures, moisissures et déformations de votre tableau.
De plus, l’encollage uniformise le support et permet une bonne accroche des couches suivantes.


L’enduction


L’enduit est appliqué sur l’encollage sec. Il est couvrant (avec blanc de meudon ou d espagne) et permet d’uniformiser la surface à peindre. Le liant utilisé pour l’enduction est souvent identique à celui utilisé pour l’encollage.
Selon l’effet recherché, il est possible de lui créer un effet de texture.



Pour enduire ou encoller un chassis toilé, ce sera surtout la colle de peau de lapin ou les colles synthétiques qui seront utilisées. Les autres sont à utiliser uniquement sur des surfaces rigides.

Colles
de gélatine


Colle
de peau


Recette 1


Recette du site français du meuble peint

Pour l'encollage :

Faire gonfler 80 g de colle de peau en poudre dans 1 litre d'eau pendant 2 heures. Cette colle de base peut se conserver 2 semaines environ au réfrigérateur.
Au bain-marie tiédir et mélanger :
1 vol. de colle de base + 1,5 vol. d'eau + un peu de blanc de Meudon ou d'ocre pour teinter légèrement, on voit ainsi le passage du pinceau.
Passer ce mélange à la brosse sur les deux faces du bois. Pour l'enduit :

au bain-marie mélanger 1 vol de colle de base + 1 vol d'eau tiède + 2,5 vol. de blanc de Meudon passé à la passoire pour éviter les grumeaux.
Appliquer au pinceau 3 à 4 couches successives avec un ponçage entre les couches au papier anti-encrassant.
Le travail des couches d'enduit se fait toujours à chaud.
Pour la peinture des fonds : sur fond apprêté pour un fond clair, 1 vol. de colle de peau (80g/litre) + 1 vol. de blanc de Meudon + 1 vol. de pigment + 1 vol d'eau tiède
pour un fond sombre, 1 vol. de colle de peau (50g/litre) + 0,5 à 1 vol. de pigment noir ou autre
de la même façon que pour l'enduit, on peut passer plusieurs couches avec ponçage entre chaque.

Trois règles :
- ne jamais faire bouillir la colle car elle perdrait ses qualités collantes,
- ne jamais appliquer un mélange fort en colle sur un mélange faible en colle, risque de craquelures,
- ne pas réchauffer trop souvent la colle, elle deviendrait cassante.

Recette 2


Recette de la préparation à la colle de peau maigre (Nicolas Wacker)

On parle d'une colle de peau maigre quand il n'y a pas de présence d'huile. On l'utilise pour les enduits et la peinture.
Son défaut est sa sensibilité à l'humidité, des moisissures pouvant apparaître.
Une fois préparée, on la conserve deux semaines au réfrigérateur, froide elle devient gélatineuse. On réchauffe alors seulement la quantité nécessaire pour l'exécution du travail.

Pour l'encollage :

faire tremper pendant 24 heures, 70 à 100 g de colle de peau (en plaques) dans 1 litre d'eau. La faire réchauffer au bain-marie doucement sans faire bouillir.
Tiède, on la passe sur le support bois des deux côtés. Puis laisser sécher.

Pour l'enduit :

1 vol. de blanc d'Espagne ou de Meudon
1 vol. de blanc de zinc (pour blanchir le support)
1 vol. d'eau
bien mélanger puis ajouter 1 vol. de colle de peau de base (70 à 100 g/litre d'eau).
Mélanger l'ensemble avant de passer en couche mince sur le support en croisant les coups de pinceau.
Cette préparation peut être allongée à l'eau jusqu'à 3 vol. Après séchage complet, passer une deuxième puis une troisième couche.
Pour diminuer la sensibilité de la colle de peau à l'humidité, on ajoute à la solution de colle de base 7 à 10 g d'alun ou bien on asperge le support préparé avec une solution au formol à 2% et cela deux fois de suite.

Recette 3


la colle de peau (selon Jean-Claude Misset)

Dans cette technique, on incorpore le blanc de Meudon au fur et à mesure des couches. (1 litre de colle à 120g/l pour 1 kg de blanc de Meudon)

Préparation de la colle de peau de base :

mettre 120 g colle de peau dans 1 litre d'eau pendant 2 à 3 heures si la colle est en poudre ou 24 heures si elle se présente en plaques.
La chauffer au bain-marie sans faire bouillir. La préparation est prête à l'emploi quand elle est chaude et bien liquide. On peut alors la filtrer pour enlever les dernières impuretés.

Application en 5 couches :

couche 1, appliquer la colle chaude sur le support brut sur les deux faces pour équilibrer les tensions
couche 2, ajouter 250 g de blanc de Meudon à la colle, bien remuer et appliquer à la brosse
couche 3, ajouter 250 g de blanc de Meudon au mélange précédent, bien remuer et appliquer en sens inverse
couche 4, ajouter 250 g de blanc de Meudon au mélange précédent et procéder de la même façon
couche 5, ajouter les derniers 250 g de blanc de Meudon et passer la dernière couche.
Bien attendre le séchage complet entre chaque couche.

Le ponçage :

Il se fait à sec ou à l'eau jusqu'à obtenir une surface lisse.
Le support est prêt à accueillir la couche picturale : tempera, aquarelle, acrylique (passer une couche d'impression avant) ou une peinture à la colle de peau. La peinture à la colle de peau : faire une préparation à la colle de peau à 40 g/litre que l'on mélange selon le besoin avec les pigments.

La colle de peau, en général de lapin, est aussi appelée colle totin. Elle est souvent utilisée pour l'enduction et l'encollage des toiles brutes, même si aujourd'hui nombre de peintre lui préfèrent un encollage et un enduit acrylique qui nécessite moins de préparation. La colle de peau est vendue en plaque ou en granulé et nécessite une préparation de type cuisine, pour être utilisée.

Colle
d'os


La colle d'os en perles, colle forte des ébénistes, est extraite des os des bovins. Elle se prépare avec addition d'eau et chauffage au bain-marie. Pour ce qui nous concerne, elle ne sera utilisable que sur surface rigide et mélangée avec de la colle de nerfs.

Colle
de poisson


La colle de poisson de poisson est une colle ancienne adaptée aux collages techniques : collage bois laiton, restauration... Son fort pouvoir adhérent, sa souplesse et sa transparence en font une colle de choix, mais son coût est aussi dissuasif, et disproportionné en peinture.

Colle
de nerfs


La colle de nerfs en grains est extraite des nerfs des bovins. Utilisée en mélange avec la colle d'os afin d'obtenir un rendement maximum (2/3 colle d'os et 1/3 colle de nerfs). Elle se prépare avec addition d'eau et chauffage au bain-marie. Réversible à l'eau chaude.

Colle
de caséine


Caséine


Casé-Arti


Casé-Alba


Partie albuminoîde du lait.
Vendue en poudre solubilisée, faire comme avec la recette ci-dessous, ou si on prend du case-arti, ou du case-alba, avec simple ajout d'eau ph neutre, comme indiqué sur le paquet.
La colle de caséine – dont on redécouvre aujourd’hui les qualités exceptionnelles – permet de coller le bois et tous ses dérivés, le liège, les revêtements de sols de type jonc de mer ou linoléum naturel.
Cette colle est simple à fabriquer et à mettre en oeuvre, elle est garantie sans aucun solvant, elle est écologique et économique.

La recette ci-dessous est presque un simple mode d'emploi.
Ce procédé est principalement destiné à la peinture a tempera mais rien n'empêche de s'en servir pour des collages (bois) et enductions.
Il suppose que l'on dispose d'une caséine "soluble".
Il est facile de se procurer ce produit dans le commerce (détaillants spécialisés dans les arts plastiques), mais on peut aussi le fabriquer à base de fromage blanc.
* Pour une part de caséine (étalon en poids dans cette recette)
* diluer la caséine dans 9 parts d'eau distillée (quantité habituelle) ou selon les indications du fournisseur
* mélanger et attendre que la consistance soit homogène et sirupeuse
* assouplissant : ajouter 1/2 part de glycérine au maximum.(Avec des supports bien durs, 1/5è suffit.)
La glycérine peut éventuellement nous permettre d'envisager son usage sur une toile marouflée, sinon parfaitement tendue.
* Pour l'enduit, ajouter du blanc de meudon à cette recette.
En fait, une caséine soluble achetée dans le commerce peut être plus alcaline que prévu, même si son principe actif est l'acide phosphorique.
On pourrait croire que celui-ci se trouve à l'état de sel et donc qu'il devrait se reconstituer en présence d'eau mais PAS DU TOUT !
La solution obtenue demeure nettement alcaline à cause des produits basiques utilisés lors de la solubilisation.
une vérification du pH du produit en solution aqueuse neutre (papier tournesol) peut à peu de frais indiquer ou contre-indiquer certains adjuvants. Le support ne doit pas non plus être acide et doit être analysé de la même manière.

Colles
végétales



Les avantages :
les colles végétales préservent l’environnement puisqu'elles n'intègrent pas de solvants toxiques.
Elles ne dégagent aucune fumée ou composé volatile = leur inhalation ne provoque pas d’effets indésirables (maux de tête, irritations, troubles nerveux...).
Elles sont donc tout à fait manipulables, et ne présentent pas de dangers particuliers dans les mains d’un enfant.

Les inconvénients :
Temps de séchage long
les colles végétales peuvent être cassantes.



Colle
de farine


Les ingrédients en poids


• 6 parts de farine de froment
• 1 part de colle de peau pulvérisée ou en grain
• 0,75 part de miel
• 0,15 bars de fluorure de sodium (vous pouvez demander à votre pharmacien)
• 8 parts d’eau

recette de la colle de farine ou colle traditionnelle pour marouflage


la préparation Tout d’abord vous faites chauffer l’eau à 70° environ. Vous mélangez la farine et la colle de peau dans un grand récipient. Une fois mélangé, vous ajouter progressivement l’eau chaude à 70°. Quand le mélange est homogène et complètement dilué (cela doit avoir l’aspect d’une pâte à crêpes), vous j’ajouterez le miel puis le fluorure de sodium et vous finirez embrassant convenablement ce mélange. • La farine la colle font l’adhésivité • le miel comme pour l’aquarelle assure la souplesse C’est une colle qui ne se conserve pas longtemps, il est nécessaire de préparer juste le volume nécessaire. Le fluorure de sodium est très toxique et le seul fait de respirer ou de l’inhaler, peut être dangereux. Il affecte le système circulatoire, le cœur, le squelette, le système nerveux central et les reins. À terme, il peut même causer la mort. D’autre part, il est très irritant pour la peau, les yeux et le tractus respiratoire. En cas d’inhalation, il est nécessaire de s’écarter de toute source de poussières, se moucher, respirer sous oxygène artificiel si nécessaire et/ou consulter un médecin. En cas de contact avec les yeux et la peau, il faut se rincer abondamment à l’eau et surveiller s’il y a des complications.

Colle
d'amidon


La colle d'amidon


La colle d'amidon est une colle à base de farine, de blé ou de riz gluant, et d'eau, à laquelle on ajoute généralement de l'huile d'amande amère ou des conservateurs afin de la conserver des moisissures.
La colle blanche en petits pots qui était répandue dans les années 1970 par exemple était une colle parfaitement comestible, composée de farine et d'huile d'amande amère, ce qui lui donnait un goût dont de nombreux enfants raffolaient [[cléopâtre (entreprise)]] La colle de farine est principalement utilisée pour les papiers. Cette colle avait l'avantage de perdre son pouvoir collant par humidification, ce qui permettait de séparer aisément les parties collées en appliquant de l'eau.


Faire de la colle d'amidon chez soi

>
Ingrédients
Environ 250 g d'amidon de riz en cristaux
5 litres d'eau

Préparation>
Faire bouillir de l'eau
Pendant qu'elle chauffe, mélanger l'amidon avec un peu d'eau froide dans un bol à part jusqu'à obtenir un mélange homogène.
Quand l'eau bout, verser le contenu du bol dans l’eau et mélanger jusqu’à ce que la mixture se remette à bouillir Couper la source de chaleur
Les derniers grumeaux peuvent être éliminés au mixeur.
Ajouter de l'extrait de pepin de pamplemousse (bactéricide)


Colle de
gomme arabique


La colle de gomme arabique


Cette colle est utilisée pour le bois (sans effort de traction).
Inconvénient : elle est cassante et ne tient pas l’humidité.
La gomme arabique est un liant d’origine végétale. Elle est essentiellement utilisée comme liant pour aquarelles et gouache. Elle rentre dans la composition de certaines recettes de tempera, de colle (bois) et d’eau gommée.
Elle est si cassante qu'on l'utilise pour faire des craquelures.
Elle est produite par des acacias gommifères.


Comment faire ?


1 volume d’eau pour 1 volume de gomme arabique.
Elle se dissout assez lentement mais facilement.
Préparer 10 à 24h avant l’utilisation.


Colles
Synthétiques


Plextol
B500


La colle Plextol B500


le Plextol B500®, est une dispersion constituée d’acrylate d’éthyle et de méthacrylate de méthyle. Vishwa Raj Mehra, proposa en 1972 en Hollande le doublage au Plextol B500®. Cet adhésif présentait de bonnes propriétés :

réversibilité, transparence, bonne cohésion, souplesse, stabilité, résistance…
Cet adhésif utilisé en petite quantité permettrait une bonne réversibilité rendant une séparation facile de la toile originale et de la toile de doublage. Des essais de doublage avaient été effectués avant, avec des résines vinyliques type Movilith®. Le Plextol® est soluble dans certains hydrocarbures aromatiques comme le Toluène et le Xylène, dans les cétones et les esters, mais insoluble dans l’eau.
On peut cependant le diluer dans l’eau. Le Plextol D360® et le Plextol D498® sont eux aussi des adhésifs employés pour le doublage.
Mais le Plextol B500® est souvent considéré comme l’adhésif présentant un bon compromis entre souplesse et résistance.

Binder
Caparol


Le Binder Caparol


Ce liant vinylique se mélange parfaitement aux pigments en poudre pour la fabrication de couleurs picturales et leur confère un aspect satiné mat et uni proche de la gouache, et peut servir d'encollage.

Vous pourrez appliquer le liant Caparol sur tout support préalablement dégraissé:
bois, toile, contreplaqué, carton, ciment, plâtre, etc.
Ce liant vinylique à haute teneur en acétate de polyvinyle est soluble dans l´eau et présente une odeur neutre.
Le liant Caparol peut également être utilisé comme apprêt transparent, dilué selon une proportion de 1:5 dans l´eau, en guise de colle de papier peint ou de tissu ou encore comme vernis de décoration.

Encollage
universel


L'encollage universel


L'encollage universel à base de résine acrylique s’applique sur tout fond non gras (papier, toile écrue, bois, plâtre...) en 1 ou 2 couches minces, au rouleau ou à la brosse. Sous-couche de l’enduit universel, de Case Alba. Diluable à l’eau. Craint le gel. Retrouvez tout l’univers Sennelier chez le Géant des Beaux-Arts : pastels, aquarelles, acryliques, tempéra, gouache, encollages et plus !

Acrylique
735


L'encollage acrylique 735 Lascaux


Cette formule résolument moderne d´encollage acrylique 735 s´utilise lors du "pré-encollage” de toiles et de textiles. Sa composition lui permet d´imprégner parfaitement la toile. La préparation de toiles à peindre brutes à l´aide de ce produit permettra une meilleure adhérence de l´apprêt. De plus, ce produit empêchera l´apprêt de traverser le support. Ce produit est vendu en pot de 500 ml ou de 1 L.

liant
acrylique


Le liant acrylique


Sa consistance à la fois fluide et épaisse permet de le diluer dans l’eau, ce qui améliore son adhérence sur les supports délicats. Il ne produit aucune émanation nocive ou désagréable. Vous pourrez concevoir vos couleurs acryliques, des glacis ou affiner vos tempéras grâce ce genre de liant de qualité beaux-arts. Par ailleurs, ce liant peut être utilisé pour vos apprêts sur supports textiles. Disponible en pot de 1 L et en seau de 5 L. Prêt à l’emploi.

Gesso
transparent


Gesso


Ce Gesso transparent est fait pour la préparation du support à peindre. Le gesso sèche rapidement en une couche mate et poreuse. Il améliore l'accroche de la peinture. Contrairement à un liant acrylique, la surface apprêtée avec le gesso transparent reste absorbante. Il y a aussi des gessos pour l'enduit, pigmentés au blanc d'espagne ou autres.

gammes de produits issus de la pétrochimie, sur la base de résines synthétiques. Dans les années soixante, les résines synthétiques étaient déjà largement répandues dans le monde de la peinture. Elles ont peu à peu remplacé les résines naturelles tendres. Leurs facilités d'utilisation, leur stabilité dans le temps et leur élasticité leur a vallu le succès qu'elles ont aujourd'hui. Il existe des résines synthétiques en phase solvant (par exemple la glycéro) et des résines en phase acqueuse (la résine acrylique, la résine vinylique, la résine alkyde). Les résines en phase solvant ont tendance à être remplacées par les résines synthétiques en phase acqueuse, dont le taux de COV est moindre. Les résines synthétiques en phase acqueuse se présentent sous forme d'un produit laiteux, plus ou moins épais, devenant transparent au séchage. Additionnées de nombreux adjuvants, ces résines acquierent des propriétés réologiques infinies : mates, satinées ou brillantes, rapides ou lente au séchage, crémeuse ou très liquide, en matières...

Produits Chimiques

Carbonate
d'ammonium


* la saponification de certaines cires.
* la saponification de l'huile de lin permettant l'emploi conjugué de celle-ci avec des gélatines pour fabriquer une emulsion
* la mise en solution de la caséine brute.

Sel de
bore


Le sel de bore, dit Borax, est utilisé pour ses qualités anti-bactérienne, pour faire une colle ou une peinture à la caséine. La caséine est issu du lait et utilisée brute elle pourrie.

Chaux
hydratée


On l’utilise pour la même raison que le borax. C'est une question de choix

Glycérine


La glycérine adjointe à la caséine permet de lui conférer une plus grande souplesse, qui lui manque initialement. On peut aussi en mettre dans la colle de peau.
en petite quantité.

Tubes de Peinture

qualité extra-fine Outre la multitude de marques, il existe une multitude de gammes de peinture à l'huile en tube. Il est bien difficile de s’y retrouver ! Il y a les gammes « étude », « fine », « superfine », « extrafine », voir parfois des produits plus que douteux avec l’appellation « beaux-arts » ou « professionnel » ! Ce n'est déjà pas évident de choisir ses couleurs pour composer sa palette. A ce problème s’ajoute le flou artistique qui règne pour différencier toutes ces gammes, et savoir laquelle sera pratique, efficace, la plus adaptée à nos besoins, pour faire de beaux tableaux !

qualité fine Si l’on se réfère aux plaquettes publicitaires des fabricants, elles sont toutes au top !!! Cela me rappelle le sketch sur les lessives de Coluche… Voici quelques clés pour vous aider dans vos choix et ne pas vous tromper. Tout d’abord, ce qui fait la qualité d’une peinture à l'huile en tube ce sont :



Ses pigments

De belles couleurs, c’est de beaux pigments : purs, lumineux, stables, à haut pouvoir colorant. Par exemple : j’ai déjà vu des tubes dits « d’ocre jaune » ressemblant plus à du caramel qu’autre chose ; des violets issus de mélange de plusieurs pigments produisant un résultat plus qu’approximatif et terne. Plus un pigment est précieux, et plus il est cher !



La concentration en pigment

qualité étude Des fabricants proposent de gros tubes aux prix très attractifs. Il faut savoir que pour augmenter le volume, et ainsi offrir des tubes bon marché, ils ajoutent une charge neutre, ou encore plus d’huile… Ces tubes donneront des couleurs moins intenses et moins vives. Donc moins il y a d’huile ou de charge neutre dans la composition, mieux c’est car la concentration en pigment sera plus élevée.

La nature de l’huile utilisée

qualité super-fine De la bonne peinture à l’huile c’est de l’huile de lin décolorée, très peu jaunissante, et de l’huile d’oeillette, pas jaunissante du tout (idéale pour les bleus). Une amie, toute fière et satisfaite à l’idée d’avoir fait une bonne affaire me montre son nouvel achat dans un magasin de bric à brac. Un coffret de 20 tubes de 60ml pour seulement 5€ (made in India je précise). Ok… Passons au test ! Dès ouverture du tube de blanc, nous avons constaté qu’il regorgeait d’une huile brune genre huile de vidange (ça coulait de partout !). Pareil pour tout les autres tubes. Et je ne vous parle même pas des couleurs… Beurk ! Inutile de s’attendre à faire de belles oeuvres avec ça !
Et oui, bien souvent le prix fait la qualité. Quand on veut du bon matériel, le mieux est de s’équiper en huile « extrafine ». Cela dit, j’ai une petite astuce pour ne pas trop se ruiner…
Pour certaines couleurs : le blanc, les violets, les jaunes, les rouges, les bleus, je prends de l’extra-fine, car je les veux intenses et pures.
Pour les autres, les terres, les bruns, le noir, les verts, des tubes de moyennes gammes telles que les « fines » suffisent.
Dans ce cas, je choisis toujours des produits de marque (Lukas, Sennelier, Royal Talens, Lefranc & Bourgeois), qui assurent de part leur expérience et respect des produits, d’excellentes qualités sur ces critères.
De réputation, les meilleures marques sont Blockx, et Old-Holland, dans celles qui sont connues.
Une marque, une qualité, ce sont des processus de fabrication, et une couleur, par exemple, bleu outremer, de qualité extra-fine, n'aura pas les mêmes propriétés de séchage selon les marques (voire de couleur). Aussi est il toujours mieux de se fixer sur une marque et une qualité quand on fait un tableau.



Les indications sur le tube

symboles Un tube de peinture digne de ce nom se doit d'avoir des indications :

1. Résistance à la lumière

Le symbole *** signifie la plus haute tenue à la lumière possible, c’est sa résistance au changement sous l’effet d’une exposition à la lumière naturelle, aux rayons ultraviolets. Une couleur trop faible va vite s’atténuer, perdre de son intensité.

2. Numéro de série

La série indique la valeur du pigment, ce qui donne une idée du prix. La série 1 ou A étant toujours la moins chère. Selon les marques, le numéro de série et son tarif varient .

3. Transparence/Opacité

L’opacité est toujours représenté par un carré blanc (quand il est posé sur la couleur) ou un carré noir, la transparence par un carré transparent avec un contour blanc, un T, ou un carré blanc, puis un carré divisé ou T/O pour la semi-transparence. Les symboles vont varier avec les marques
Cela détermine si une couleur est couvrante ou non, c’est-à-dire sa capacité à recouvrir totalement la surface sous-jacente. Certaines couleurs opaques peuvent devenir transparentes par l’ajout de certains mediums.

4. Miscibilité

Bien qu’aujourd’hui la quasi-totalité des couleurs sont miscibles entre elles, il se peut que certaines couleurs à base de plomb et de soufre soient encore utilisées. Ces 2 éléments n’étant pas compatibles, les mélanger entraîneraient des réactions chimiques néfastes pour l’œuvre, comme un noircissement par exemple.

Recettes

solution
de gélatine


Présentation

La solution de colle de gélatine produit une couche protectrice très claire, transparente et se dissout facilement pour une préparation rapide. Elle peut également être utilisée sur le papier pour le préparer à être peint (notamment lorsqu'on planifie d'y peindre à l'huile ou avec des bâtons à l'huile). Les feuilles de gélatine importées ‑ empaquetée sous la forme de feuilles minces de 3" x 9" sont de grande qualité et se conservent facilement. Vous pouvez également utiliser la gélatine en poudre moins onéreuse pour cette recette.



Proportions

Gélatine (feuilles ou poudre) 6
Eauropo 16 oz (470ml)
marche à suivre :
Tremper les feuilles dans l'eau pendant 15 minutes ou jusqu'à ce que les feuilles gonflent. Chauffer dans un bain­ marie jusqu'à dissolution.



Utilisation

Sur la surface douce d'un panneau de masonite non traité, d'une feuille de papier ou de n'importe quelle autre surface que vous souhaiter préparer, brossez la solution de gélatine chaude sur les 2 cotés.
S'il s'agit d'un panneau, vous devriez inclure la tranche et laisser sécher au moins une nuit ou plus.
Pour une 2e couche, réchauffer la solution de gélatine et répétez. Pour un fini plus opaque, ajoutez 2 c. à soupe de craie: Brosser et laisser sécher.

Colle
de peau


Présentation

La colle de peau d’animal produit une solution de colle très forte qui peut être utilisée non seulement comme encollage, mais aussi comme une peinture qui sèche très rapidement en la mélangeant avec des pigments secs.



Proportions

Colle 1 mesure
Eau 10 mesures
marche à suivre :
La colle de peau d'animal (lapin, vache, parchemin) est normalement vendue sous forme de feuilles ou de poudre. Tremper la poudre de colle pendant 30 minutes (les pièces épaisses doivent tremper toute une nuit dans l'eau).
Chauffer dans un bain‑marie en brassant, jusqu'à ce que la colle se dissolve.



Utilisation

Garder la solution assez chaude pour garder la colle dissoute mais ne jamais cuire sur un feu direct et ne jamais la faire bouillir 70° max. Brosser la solution de colle sur un canevas tendu, ou bien sur un panneau de bois non traité, préalablement brossé à l'alcool. Laisser l'encollage sécher complètement avant l'application d'un enduit.

Gesso
traditionnel


Présentation

Pour obtenir une surface blanche, brillante et lisse, aucune formule n'équivault à celle du gesso traditionnel à base de craie et de colle.  Idéal pour la tempéra à l'oeuf ou pour des oeuvres méticuleuses réalisées à l'huile.



Proportions

Blanc de titane ou zinc (en pigments secs) 1 mesure
Carbonate de calcium (grande fin 3 um) 1 mesure
Colle de peau de lapin (recette précédente) 1 mesure
Eau  -> (Ajoutez pour obtenir la consitance désirée)
marche à suivre :
Mélanger les pigments secs ensembles dans une casserole émaillée et incorporer la colle chaude tout en remuant pour éliminer les bulles et agrégats. Éviter de surchauffer pour ne pas créer des bulles d’air. Filtrer le gesso à l’aide d’un coton fromage.   Laisser le gesso reposer, pendant 30 minutes avant de l'utiliser.



Utilisation

Appliquer le gesso à chaud sur le panneau dans une direction unique sans faire de retouches. Appliquez les couches suivantes dans une direction opposée (en alternance). Vous pouvez appliquer jusqu’à 5 couches très minces pour obtenir une surface parfaitement lisse. Pour éviter le craquement, nous vous recommandons de laisser sécher 24 heures entre les différentes couches de gesso puis 2 jours avant de le sablage final (avec du  papier sablé # 220 ou plus fin).

Gomme
arabique


Présentation

Les gommes solubles à l'eau constituent un ingrédient majeur dans la fabrication de la peinture. Elles sont de formulation simple, non‑toxique et sèchent rapidement. La gomme arabique est l'une des plus utilisées.



Proportions

Gomme arabique en poudre 1 mesure Eau 1 à 2 mesures vinaigre blanc (pour conserver le produit)
marche à suivre :
Dans un bain‑marie, chauffer à feu doux l'eau et incorporer la gomme arabique tout en brassant. La gomme en poudre prend moins de temps à se dissoudre que les morceaux plus grossiers. Une fois la solution refroidie, couvrir et laisser reposer jusqu'à ce que la solution soit claire.
Filtrer la solution gomme‑eau à travers un coton à fromage dans un contenant propre. Garder réfrigéré car la solution peut pourrir facilement (on peut remplacer une partie de l'eau -pas plus de 25%- par du vinaigre blanc afin d'aider à la préservation.
Ajouter une fois que la solution a refroidie) Ne jamais chauffer cette solution sur une flamme directe où elle brûlerait.

Bonne idée:
recyclez un pot en vitre qui possède un couvercle de préférence en métal, ainsi vous pouvez utiliser le récipient qui vous a servi à faire la solution comme contenant de votre solution.



Utilisation

Ajoutez quelques gouttes d'Aqua-dispersions dans la solution pour obtenir instantanément de l’aquarelle. Vous pouvez également mélanger des pigments secs avec la solution gomme‑eau jusqu'à l'obtention d'une pâte épaisse. Pour obtenir de la gouache, utiliser une plus grande grande proportion de pigments secs avec la solution de gomme et ajouter du china clay, talc ou carbonate de calcium pour opacifier la peinture. Pour obtenir de l'aquarelle transparente, diluer la solution gomme‑eau avec de l'eau.

Medium
simple


Présentation

Cette recette produit le médium de base pour la peinture à l'huile, aussi facile à fabriquer qu'à utiliser. Le stand oil donnera une plus grande flexibilité au film de peinture que l'huile de lin crue et aura moins tendance à jaunir avec le temps tandis que le vernis dammar concentré apportera brillance et transparence. Les premières couches de peinture devraient contenir plus de térébenthine que d'huile, puis, au fur et à mesure que l'oeuvre avance, le médium devrait substituer une partie de la térébenthine par l'huile, afin de suivre la règle communément appelée : gras sur maigre.



Proportions

Stand Oil (huile de lin polymérisée) 1 mesure Vernis dammar concentré 1 mesure Térébenthine 1 mesure
marche à suivre :
Mélanger tous les ingrédients à la température de la pièce dans un contenant de verre propre en les brassant jusqu'à homogénéité.



Utilisation

Mélanger le médium sur la palette avec la peinture à l'huile en tube pendant le travail ou appliquer tel un vernis pour unifier la couche picturale. La viscosité ou l'épaisseur du médium peuvent être modifiées en ajoutant plus ou moins de térébenthine. Le temps de séchage de ce médium - approximativement 3 jours enc ouches minces - peut être réduit en ajoutant du siccatif de cobalt/zirconium (à utiliser avec précautions en petites quantitées).

Cire
en pâte


Présentation

Pour épaissir où mettre en beurre la consistance normale de la peinture à l'huile, rien de mieux que la cire d'abeille en pâte pour le faire.



Proportions

Cire d'abeille (naturelle ou blanchie) 1 mesure
Térébenthine 1 à 2 mesures
marche à suivre :
En premier lieu, faire fondre la cire dans un bain marie. Retirer du feu et incorporer graduellement la térébenthine tout en brassant. Si la cire se solidifie au moment où vous ajoutez la térébenthine, chauffer-la légèrement tout en mélangeant. Un truc pour éviter ce problème est de garder la térébenthine légèrement plus chaude que la température de la pièce. Retirez du feu brassez environ 10 minutes,
puis transvider dans un contenant de verre propre. Le mélange de cire refroidira jusqu'à l'obtention d'une consistance de pâte. Éviter en tout temps de surchauffer la térébenthine ou de l'exposer à une flamme directe.



Utilisation

Ce médium est très polyvalent: pour faire de l'encaustique à froid, pour modifier la consistance de la peinture à l'huile, pour faire des peintures à émulsions ou encore comme vernis final totalement mat.

Medium à
la cire


Présentation

Ce médium se mélange paraitement avec la peinture à l'huile pour obtenir une consistance de beurre et aider au séchage, particulièrement dans le cas d'impastos.



Proportions

Cire d'abeille (naturelle ou blanchie) 4 mesures Vernis dammar concentré 1 mesure Stand Oil (hule de lin polymérisée) 1 mesure Térébenthine 4 à 8 mesures
marche à suivre :
D’abord il faut faire fondre la cire seule dans un bain marie. Ensuite, retirer du feu et ajouter doucement les autres ingrédients. Si la cire se solidifie au moment où vous ajoutez les autres ingrédients, chauffer-la à nouveau légèrement en mélangeant. Retirez du feu et brasser pendant le refroidissement jusqu'à l'obtention d'une consistance de pâte.
NOTE : Garder les autres ingrédients légèrement plus chauds que la température de la pièce évite généralement ce problème.
Pour la technique de l'encaustique, la térébenthine peut être réduite des deux-tiers ou omise complètement pour obtenir un solide ferme.



Utilisation

Mélanger la pâte molle sur la palette avec la peinture à l'huile en tube pour appliquer une couche finale ou comme vernis. Vernir par dessus ceux-ci seulement avec un vernis contenant de la cire. Pour l'encaustique, mélanger soit de la peinture en tube ou des pigments secs et appliquer sur des panneaux rigides. Ce médium fige immédiatement et sèche en 60 minutes.

Medium à
glacis 1


Présentation

Ce médium à glacis est une variation plus huileuse du médium à peindre de base. Étant donné sa plus haute teneur en huile, il peut être recommendé d'ajouter quelques gouttes de siccatif de cobalt/zirconium pour aider au séchage.



Proportions

Vernis dammar concentré 2 mesures Stand Oil (huile de lin polymérisée) 2 mesures Térébenthine 1 mesure
marche à suivre :
Dans une bouteille de verre propre, combiner les ingrédients à la température de la pièce. Brassez suffisamment pour assurer un mélange complet. L'huile de lin épaissie au soleil peut remplacer le stand oil (quoique plus coûteuse). La quantité de térébenthine peut varier selon vos préférences personnelles pour un glacis plus ou moins épais.



Utilisation

Ce médium à glacis peut aussi être utilisé comme vernis, afin d'uniformiser le lustre d'une oeuvre sans avoir à attendre plusieurs mois pour appliquer un vernis final.

Medium à
glacis 2


Présentation

Les baumes et notamment la térébenthine de venise possèdent un lustre unique et une agréable consistance de miel et furent utilisés autrefois pour isoler les pigments incompatibles entre-eûx (comme le blanc de plomb et le Vermillon). Aujourd'hui, ces pigments ne sont plus incompatibles mais on peut toujours continuer à utiliser les baumes naturels de venise pour leurs incontestables qualitées visuelles.



Proportions

Vernis dammar concentré 4 mesure Stand Oil (huile de lin polymérisée) 2 mesure Térébenthine de venise 1 mesure Térébentine à l'usage
marche à suivre :
Mélanger les ingrédients dans un contenant de verre propre à température de la pièce en agitant vigoureusement durant 5-10 minutes. Ajustez la viscosité de ce médium en y incorporant de la térébenthine de gomme. Ce médium à glacis pour la peinture à l'huile est très épais et devient collant rapidemment, empêchant la formation de coulisses, mais prend quelques jours à sécher complètement. On peut remplacer le stand oil par de l'huile de lin épaissie au soleil, pour réduire quelque peu de temps de séchage.



Utilisation

Mélanger ce médium sur la palette avec des couleurs à l'huile en tubes ou avec des pigments secs. Pour appliquer le médium avec un linge ou les doigts, utilisez la version non diluée avec la térébenthine. La solution diluée est préférable pour l'application addition ou pour être utilisée comme vernis à retoucher. L'addition d’asséchant ou de siccatifs n'est pas recommandée à moins que le vernis ne soit appliqué sur une gomme ou une peinture de colle.

Medium à
glacis 3


Présentation

Le baume du Canada augmente le lustre de la peinture à l'huile et ralenti le temps de séchage, permettant ainsi un travail lent et méticuleux.



Proportions

Baume du canada 1 mesure Stand Oil (huile de lin polymérisée) 1 mesure Térébenthine : à l'usage
marche à suivre :
Mélanger les ingrédients dans un contenant de verre, et ajuster la viscosité avec de la térébenthine de gomme. Ce médium à glacis produit un film de peinture solide au lustre incomparable et qui jaunît peu . De plus, son odeur agréable embaume le sapin! On peut remplacer le stand oil par de l'huile de lin épaissie au soleil, pour réduire quelque peu de temps de séchage, mais il n'est pas recommandé d'y ajouter un siccatif.



Utilisation

Mélanger ce médium sur la palette avec des couleurs à l'huile en tubes ou avec des pigments secs. Pour appliquer le médium avec un linge ou les doigts, utilisez la version non diluée avec la térébenthine. La solution diluée est généralement préférée pour peindre ou pour être utilisée comme vernis à retoucher.

Dammar
et cire


Présentation

La cire se combine bien avec la résine de Damar pour obtenir une finition matte qui résiste bien aux intempéries. Elle est facile à enlever pour nettoyer ou renouveler (si la peinture à l'huile sous le vernis à eu suffisamment de temps pour sécher 12 mois).



Proportions

Résine de dammar 4 mesure Cire d'abeille 1 mesure Térébenthine 2 mesure
marche à suivre :
Mélanger tous les ingrédients et chauffer‑les au dessus d'une plaque chauffante électrique couverte jusqu'à ce que la cire fonde dans la solution. Dans une bouteille ou un pot, verser doucement la solution chaude pour prévenir le craquement ou que le contenant de verre ne se brise.



Utilisation

Cette pâte a de multiples usages et peut être directement appliquée avec un chiffon pour vernir toute sorte de peinture. Pour utiliser cette recette comme médium, mélanger‑la sur la palette avec de la peinture en tube ou des pigments secs. Il est possible d'amincir cette recette en y ajoutant davantage de térébenthine, la rendant plus liquide, et plus facile à étendre au pinceau.

Vernis
Dammar


Présentation

Presque universellement utilisée, la résine de Damar ‑ soit de Batavia ou Singapour‑ est vendue en morceaux jaunes pâles et sert à plusieurs utilisations:
comme médium, glacis et vernis final.



Proportions

Résine de dammar 1 mesure Térébenthine 1 mesure
marche à suivre :
Placer les morceaux de résine et la térébenthine dans une bouteille bien fermée. Agiter et tourner tous les jours jusqu'à ce que la résine soit dissoute, ce qui devrait prendre quelques jours. Exposer bouteille au soleil accélère le processus. Cette solution aura une consistance épaisse de miel. Si les morceaux de Damar contiennent de la saleté ou autres, couler la solution à travers un coton à fromage ou décanter‑la dans une bouteille propre.



Utilisation

Pour utiliser comme vernis final sur de la peinture à l'huile diluer la solution avec une quantité égale de térébenthine. Pour vernir la tempéra à l'oeuf, diluer avec 4 fois la quantité de térébenthine. La consistance de base est idéale comme utilisation dans l'émulsification ou alliée avec d'autres ingrédients pour faire des glacis ou des médiums à peindre. Cette solution de Damar sèche en une heure.

Faire sa
peinture


I. PEINTURE À L’HUILE ET HUILE DE LIN

Le liant dans cette technique est l'huile de lin. Mais, quelle est la caractéristique fondamentale de l'huile de lin qui nous permettrait de comprendre sa «logique»? Contrairement aux autres huiles végétales comme l'huile d'olive ou de canola, l'huile de lin réagit chimiquement avec l'oxygène contenu dans l'air (un processus qui se nomme oxydation), pour lentement passer de l'état liquide à un gel puis à sa forme solide, et c'est pour cette raison que l'on dit de l'huile de lin qu'elle est siccative. L'huile de lin n'est bien sûr pas la seule huile siccative et donc, il ne s'agit pas de la seule huile que nous pourrions utiliser. L'huile d'oeillette, de carthame ou de noix sont des huiles semi siccatives, cependant on évite généralement de les utiliser comme huile de broyage, puisque ces huiles forment généralement des films de peinture qui sèchent plus lentement et qui sont plus fragiles que ceux fabriqués avec de l'huile de lin. Un aspect important de l'huile de lin, c'est qu'elle ne sèche pas. Elle s'oxyde et passe de l'état liquide à l'état solide et cette oxydation ne s'arrête pas lorsque la peinture est sèche, mais continue pendant des années. Le deuxième aspect important concernant la peinture à l'huile, c'est qu'il s'agit d'une technique dynamique, en ce sens qu'elle continue à réagir, à s'oxyder, à se transformer, même après que l'image ait été terminée, bref, c'est une technique vivante.



Fabriquer sa peinture à l’huile

Pour fabriquer soi-même sa peinture, tout ce dont vous avez besoin c'est: des spatules, un morceau de vitre qui puisse être maintenu fermement à une table de travail, vos pigments et de l'huile de lin. Voici la marche à suivre: prenez la quantité de pigment nécessaire pour votre session de peinture et déposez-la sur votre vitre. Ajoutez graduellement la quantité nécessaire d'huile pour mouiller les pigments en les mélangeant à l'aide de votre spatule. Une fois les pigments mouillés, vous devriez avoir quelque chose qui ressemble à de la peinture à l'huile mais qui a un aspect brut assez granuleux. Ainsi, la deuxième partie de votre travail consiste à disperser les pigments. Il s'agit simplement de continuer à mélanger la pâte en la broyant avec la spatule. Quand vous ferez cela, vous constaterez que les grumeaux (ou agrégats) vont rapetisser en devenant de plus en plus petit, puisque la pression que vous exercez via la spatule va briser la tendance naturelle des pigments secs à se coller les uns avec les autres. Vous observerez également durant cette étape un changement dans la consistance de la pâte ainsi que dans sa couleur. Nous vous recommandons d'utiliser une molette lorsque vous préparez une grande quantité de peinture à l'huile et lorsque vous désirez une peinture très fine. Mais pour les plus petites quantités, une spatule fait très bien l'affaire et vous pouvez même utiliser des spatules à mastic qui sont vendues dans les quincailleries.



L’utilisation des extendeurs dans la peinture à l’huile

Les extendeurs, aussi appelés pigments inertes ou pigments de charge, ont été utilisés depuis longtemps dans la peinture à l'huile. Même si l'on peut penser à prime abord qu'il s'agit de quelque chose de négatif, comme une forme d'adultération, nous croyons tout de même que les extendeurs possèdent beaucoup de vertus. Si ils sont utilisés en quantités raisonnables, ils permettent une économie sur le coût de fabrication de la peinture tout en permettant de contrôler la texture de celle-ci. Le Sulfate de Baryum et l'hydrate d'aluminium sont les deux extendeurs les plus communs; il s'agit de pigments blancs: Pw21, Pw24. Lorsque vous ajoutez n'importe lequel de ces deux pigments dans votre peinture, vous obtenez plus de peinture sans vraiment changer la couleur, puisque ces pigments blancs n'ont pratiquement aucune force de teinte.
Voici un exemple concret. Nous voulons préparer de la peinture à l'huile bleu de cobalt et nous décidons de remplacer ¼ de la quantité de pigments que nous aurions normalement utilisée par un extendeur. Nous pouvons observer qu'il n'y a aucun changement au niveau de la couleur ou de la force de la peinture, tout en arrivant à la même quantité de peinture à la fin. Nous aurons économisé 25% du coût de matériel, puisque le prix des extendeurs est tout à fait négligeable en comparaison de celui du pigment bleu de cobalt.
Donc, si vous avez un kilogramme d'un pigment onéreux et que vous voulez réduire vos coûts de matériaux, vous pouvez au moment de préparer vos couleurs, mélanger systématiquement vos pigments avec des extendeurs dans un ratio d'une partie d'extendeur pour trois parties de pigments. Vous obtenez l'équivalent d'un kilo et quart de pigments pour le prix d'un kilo, puisque l'extendeur ne vous coûte à peu près rien.
Bien sûr, l'économie n'est pas tout et les extendeurs jouent aussi un rôle pour stabiliser les couleurs à l'huile (spécialement l'hydrate et le stéarate d'aluminium).



Consistance des peintures à l’huile

Lorsque vous commencerez à broyer vos pigments, vous constaterez que certaines couleurs perdent leur consistance après un certain temps. Il s'agit d'un phénomène tout à fait naturel et il ne faut pas penser qu'un pigment est de moindre qualité à cause de cela. Le bleu ultramarin en est peut-être l'exemple le plus frappant. Lorsqu'il est préparé à l'huile sans extendeur et puis laissé sur la palette pour un certain temps, sa texture pâteuse se transforme peu à peu en un liquide s'apparentant à de la mélasse. La solution à ce problème est d'ajouter un stabilisateur à la peinture. L'hydrate et le stéarate d'aluminium, mais surtout la cire en pâte sont généralement utilisés pour contrôler la consistance de la peinture. Notre expérience est que le médium de cire en pâte (voir la section des recettes de médiums) corrige très bien ce problème si on l'incorpore à la peinture à l'huile.